Compte-rendu de la rencontre Cocig - Conseil Général
mercredi 11 juillet 2012, par Admin

Informé de la tenue prochaine - ce jeudi 12 Juillet - de la commission des horaires du bateau de Groix, le COCIG s’était étonné par courrier adressé au Conseil Général, de n’avoir pas été convié à la-dite réunion, contrairement à l’engagement qui avait été pris par Monsieur Joseph Brohan, Président de la Commission Infrastructures, Equipement du Territoire, Environnement et Mobilité. De même, s’agissant des études concernant le futur deuxième bateau de Groix, le COCIG faisait remarquer que l’engagement pris par Monsieur Brohan de l’associer à l’élaboration du cahier des charges, n’avait connu à ce jour aucune suite concrète.

Ce 10 Juillet, une délégation du COCIG conduite par son Président, Guénaël Legras et composée d’Elisabeth Mahé, Didier Métayer et Régis Leclercq a été reçue au Conseil Général par le Président Brohan, assisté de Monsieur Patrick Bourru, Directeur Général des Infrastructures et de l’Aménagement et de Monsieur Eric Le Méro, Directeur des Espaces Littoraux et des Activités Maritimes.

Concernant le nouveau bateau, des études ont été engagées à l’interne par les services du Conseil Général. Elles visent à préciser , en nature (passagers, véhicules, marchandises, gaz, carburants...) et en volume, les besoins de transports maritimes entre l’île de Groix et Lorient et à évaluer les avantages et inconvénients de chaque solution de transport (ou combinaison de solutions) qui peut être apportée ( roulier, vedette, barge...). Les premières conclusions tendent à privilégier la solution du roulier, mais elles n’ont pas encore été débattues par les élus départementaux. Monsieur Brohan a confirmé sa promesse d’associer à la démarche engagée, les usagers en général et le COCIG en particulier.

Quant à la prochaine réunion de la commission des horaires, Monsieur Brohan a indiqué qu’elle était organisée à l’initiative du délégataire - Océane - conformément à la Délégation de Service Public signée avec le Département et qu’à sa connaissance, c’est à la demande expresse du Maire de Groix que le COCIG n’a pas été convié. Les craintes qu’avait exprimées le COCIG d’une dégradation accélérée du service public de transport entre l’île de Groix et Lorient sont malheureusement confirmées : poursuivant sa recherche d’économies sur cette ligne fortement déficitaire, Océane retient une reconduction de la solution mise en place l’hiver dernier (un seul bateau) sur une durée plus longue (6 mois). Si la compagnie a recours à l’Acadie uniquement pour le transport du gaz, par contre, l’utilisation de l’Ile de Groix , en alternance avec le Saint-Tudy , n’est pas sans conduire à certaines aberrations : comme le dernier-né de la flotte départementale ne peut "dormir" à Groix sans travaux importants et coûteux d’aménagement du port (ce que contestent certains capitaines), on a donc droit, en plein hiver, à un départ de Groix à 19h50 et de Lorient à 5h40. En plus, le Conseil Général a fait pression sur Océane pour élargir la plage d’utilisation de l’Ile de Groix , afin que le maintien à quai du bateau n’accélère pas sa dégradation. Face à cette situation, le COCIG a confirmé l’exigence qui l’a animé dès le début de son action sur cette question : un service de deux bateaux l’hiver .

A son retour à Groix, la délégation du COCIG a assisté à la réunion du Conseil Municipal. Lorsque la parole fut donnée au public, Guénaël Mahé demanda au Maire quelle serait la position de la Municipalité lors de la prochaine commission des horaires. Le Maire se prononça clairement pour la solution des deux bateaux, comme seule à même de répondre aux besoins de la population.

De l’échange qui s’en suivit avec d’autres membres du Conseil Municipal, on retiendra en particulier la position très ferme de François Marguet appelant à renouveler les manifestations qui avaient eu lieu l’an dernier et l’exaspération de Victor Da Silva vis-à-vis d’ Océane, qui n’hésita pas à parler de ″ foutage de gueule ″. Forts de ces prises de position on ne peut plus claires, Guénaël Mahé et Régis Leclercq sont allés, à la fin de la réunion, demander au Maire de revenir sur son opposition à la présence du COCIG à la réunion de Jeudi. Ils ont essuyé un refus catégorique.

Face à la gravité de la situation et aux menaces qui pèsent sur l’avenir de notre liaison maritime (1 bateau pendant 3 mois l’année dernière, pendant 6 mois cette année... bientôt un service complet seulement quand les touristes sont là ? ), il est fondamental que nous soyons unis et déterminés. Chacun saura juger qui défend l’avenir de notre communauté et qui sème la division. En tout cas, jeudi, le COCIG sera à Lorient et saura faire reconnaître sa force de proposition.

Le conseil général a indiqué que le différentiel entre 1 et 2 bateaux l’hiver était d’environ 300 000 €.

A une question du COCIG sur les tarifs des transports, il a été répondu que le conseil général subventionnait le passage de carburants. Le coût final étant de 1,1 centime d’euros par litre de carburant.

Il a été aussi évoqué le transfert de la liaison maritime Lorient-Groix à Cap L’Orient aussi bien par le Conseil Général que le COCIG. Tous les intéressés trouvant logique ce transfert dans la cadre des compétences de Cap L’Orient. Affaire à suivre.

Pour la future délégation de service public en 2015, le COCIG a demandé pourquoi ne pas passer en régie directe ? Refus du Conseil Général.

Le COCIG s’est opposé à une vedette tôt le matin et tard le soir, envisagée un moment.

Le COCIG a noté une nouvelle aberration « économique » qui consiste le samedi et dimanche à faire partir un roulier à 17h15 et une vedette (que la Compagnie Océane loue, sans doute plein pot !) 30 mn plus tard. Samedi dernier : 50 passagers sur l’Ile de Groix et 22 passagers sur la vedette... Bonjour la gestion pointue si souvent avancée par la direction d’Océane.