Compte-rendu de la réunion publique du 7/10/11
dimanche 9 octobre 2011, par Admin

Plus de 80 personnes se sont déplacées à l’invitation du COCIG, (autant que pour le PDU mais sans tête d’affiche...) dont quelques élus municipaux (trois de la majorité et trois de l’opposition).
Preuve en est que le sujet des transports maritimes intéresse (malgré la concurrence du foot à la télévision...).

La conseillère générale, absente, s’est excusée ainsi que Yann Boterf, adjoint aux affaires sociales.

Guenaël Le Gras, président du Collectif Citoyen de Groix, introduit le débat en situant l’action en cours de ce Collectif :
- défendre le service de deux bateaux l’hiver,
- prendre date pour que les Groisillons soient vraiment partie prenante des décisions concernant le transport maritime
- et qu’ils soient représentés dans la commission des horaires, dont aussi bien le Conseil Général que la Compagnie Océane ont signalé que, jusqu’à présent, elle n’était pas représentative et que l’un comme l’autre ne voient pas d’opposition à ce que le Cocig y siège . C’est au maire de Groix d’en faire la proposition.

Le Président rappelle une partie du discours d’O. Brousse, alors directeur Général de Véolia transport (3/12/07) : " Notre engagement est de délivrer un service public exemplaire et de contribuer au développement des îles". G. Le Gras ajoute que Mr Gerbeno fait sienne cette déclaration... On en voit le résultat !

Non seulement le service aux usagers est dégradé mais selon une des organisations syndicales, 9000 heures d’emploi sont perdues après la décision de la Cie de réduire le service à un seul bateau.

Par les temps qui courent, la perte de + de 5 équivalents temps pleins pendant 3 mois (puis 6 l’année prochaine) n’est pas négligeable. Océane oublie carrément qu’elle arguait en 2008, lors du renouvellement de la DSP, mettre en place des rotations supplémentaires avec "plusieurs dizaines de salariés hors saison". Elle se vantait aussi que les tarifs restaient stables. (voir "Le Télégramme" de l’époque).

Des délégués du Cocig, actifs et retraités, de préférence différents à chaque rencontre, ont pris contact avec (dans l’ordre chronologique) :
- Gwendal Rouillard, député de la circonscription, avec lequel, de plus, ils ont évoqué la possibilité d’une régie directe prise en charge par Cap L’Orient, eventualité déjà évoquée par eux lors de la réunion du P.D.U avec l’adjointe de la Communauté d’agglomération chargée des déplacements,
- Le Conseil Général en charge des transports maritimes du département, représenté per Jo Brohan et Denise Guillaume, conseillère générale du canton de Groix,
- des représentants du personnel et des organisations syndicales de la Compagnie Océane,
- la Compagnie Océane ( Mrs Gerbeno et Rio)

Préalablement, le conseil municipal de Groix avait voté, à l’unanimité, une motion réclamant le maintien de deux bateaux à l’année.

La parole est donnée aux participants.
D. Yvon fait remarquer qu’il ne suffit pas de stigmatiser Véolia mais qu’il faut aussi remarquer l’inaction des élus dont, plus particulièrement, la représentante du canton. Il rappelle que de n’avoir qu’une voix consultative ne devrait pas empêcher de prendre très fermement position.

Il est néanmoins pointé la nécessité de faire connaître le danger de l’emprise d’une multinationale du type de Véolia dont on apprend qu’après la gestion de l’eau, de l’assainissement, des ordures ménagères, des transports maritimes, elle va maintenant concurrencer la SNCF.

Face à la surdité du Conseil Général se défaussant sur Océane, et vice et versa, et après les explications extraites de l’expertise d’un cabinet pointant les sommes reversées par Océane à la maison mère Véolia AU BENEFICE DE SES ACTIONNAIRES, l’assemblée décide d’une action d’avertissement le 22 Octobre.

Des précisons sur l’organisation de cette protestation suivront après réunion des volontaires s’étant déjà inscrits. Nous vous invitons à les rejoindre. Pour cela, écrire à contact@cocig.org ou téléphoner au 06 87 95 64 40.