Compte-rendu de la réunion Commission du 31 Janvier 2013 relative au nouveau bateau
mardi 5 février 2013, par Admin
JPEG - 25.1 ko

Une première réunion a eu lieu le 31 janvier dernier en Mairie de Groix à propos du projet de nouveau bateau , qui doit remplacer l’Acadie qui restera en service jusqu’à la fin 2015. D’ores et déjà, le Conseil Général a prévu une enveloppe budgétaire de12M € pour la construction de ce nouveau navire.

Alors que lors de la réunion précédente, la Conseillère Générale avait annoncé que la démarche engagée par le Conseil Général serait présentée à la commission des horaires, c’est dans une configuration sensiblement différente que nous nous sommes retrouvés en Mairie . De par la volonté du Conseil Général, la Compagnie Océane n’était pas représentée ; Thierry Bihan (Vivre à Groix) était excusé ; Guénaël Mahé, représentant habituel des usagers, pris par d’autres engagements, n’était pas là.

De la commission habituelle, étaient représentés : la municipalité (le Maire et François Marguet), l’entreprise Le Ménach (Gilles Le Ménach), la CTRL, le collège du Ponant et le COCIG (Noël Le Gurun et Régis Leclercq). Par contre, cette fois, d’autres élus de la majorité municipale étaient venus en nombre (Claude Guiader,Victor Da Silva, André Tonnerre, Lionel Baron, Joël Puillon, Jean-Marc Hesse) et trois nouvelles personnes qu’on ne voyait pas d’habitude étaient présentes : Joël Tristan et MM. Ezanno et Ghio. Sur le plan technique, la réunion était animée par Eric Le Méro, Directeur des espaces littoraux et des activités maritimes au Conseil Général, entouré de Gilles Scaër, chef du service des liaisons maritimes et travaux portuaires et Thibaut Ticelin du bureau d’études nantais SDI.

La première partie de la réunion a été consacrée à la présentation d’une analyse dite "de la demande", en fait une exploitation des billets vendus au cours de l’année 2010 permettant de représenter graphiquement , par demi-journée sur une année, l’évolution du nombre de passagers et le linéaire de véhicules embarqués. Mises en parallèle avec l’offre de transport (exprimée en nombre de places et linéaire maximum réservé aux véhicules sur les bateaux mis en service à chaque période), cette représentation graphique permet d’identifier rapidement le niveau de satisfaction de la "demande" , les pics où des vedettes supplémentaires ont été mises en service par exemple ou inversement des périodes de sous fréquentation des bateaux, qui ne concernent pas seulement la période hivernale d’ailleurs. Toutes ces données ont fait l’objet d’une présentation sous Power-Point ; elles sont extraites d’une étude apparemment conséquente réalisée par le bureau d’études SDI. On regrettera que le Conseil Général n’ait pas jugé utile de laisser aux participants au moins une reproduction des tableaux présentés, n’autorisant pas ainsi la poursuite, hors réunion, d’une réflexion pourtant nécessaire.

La seconde partie de la réunion – un peu escamotée, vu le temps consacré à la première partie - a porté sur la présentation et la comparaison en termes financiers de cinq scénarios concernant le type de bateau à mettre en service, notamment au regard des données recueillies sur la fréquentation sur la ligne :
- Sister-ship de l’Ile de Groix
- Caboteur + vedette pour passagers
- Navire roulier à passagers neuf
- Transbordeur mixte
- Navire roulier mixte à passagers

On retiendra des échanges qui ont ponctué la présentation, les éléments suivants :
- Le premier scénario est un scénario repoussoir. Le Conseil Général estime que l’Ile de Groix n’est pas adapté à la ligne (roulage supérieur aux besoins de l’île, 2/3 des trajets se font avec moins de 100 personnes à bord, impossibilité pour le bateau de passer la nuit à Groix) et son exploitation est déficitaire, notamment du fait de sa consommation de gas-oil (deux fois celle de l’Acadie), si bien qu’Océane ne l’utilise que six mois de l’année.
- Les scénarios qui envisagent un transport de frêt qui ne soit pas "tout roulier" sont repoussés au seul motif que, dans sa configuration actuelle, le port ne permet pas le déchargement et le stockage de marchandises.
- L’option "vedette pour passagers" (même limitée à l’aller/retour des salariés) est repoussée par une majorité des participants parce qu’elle compromet le transport de véhicules (utilitaires et particuliers). Madame Guillaume, se référant à la défense du service public, affirme que les groisillons ne sont pas des citoyens de seconde zone et ont le droit d’emmener leur voiture à chaque départ du bateau, ce dernier étant "leur route départementale". Le bureau d’études souligne néanmoins la souplesse d’utilisation des vedettes et leur disponibilité sur le marché.
- La construction d’un nouveau navire roulier moins capacitaire que l’Ile de Groix soulève l’inquiétude de certains participants qui rappellent la dépendance de l’économie insulaire à l’égard du tourisme.

Une seconde réunion aura lieu le 19 ou le 20 février prochain au cours de laquelle le programme du nouveau bateau sera présenté. Il est déjà annoncé par le Conseil Général que ce nouveau bateau devra "être en mesure, lors de la période (creuse) de six mois, d’assurer seul la desserte de Groix". La question du lien avec le contenu de la prochaine Délégation de Service Public est, de notre point de vue, clairement posée.