Réponse... à la réponse de Loïc Le Meur
jeudi 13 février 2014, par Admin
JPEG - 24.2 ko

... Une réponse convenue qui ne dissipe pas nos inquiétudes

Loïc Le Meur, Président du Groupe de Gauche du Conseil Général et Yves Brien, chargé de la question des liaisons maritimes au sein de ce groupe ont répondu promptement à notre lettre ouverte ; nous les en remercions.

Leur propos ne nous rassure pas néanmoins et nous apparaît quelque peu décalé par rapport aux urgences du moment. Qu’une nouvelle fois nous soient rappelées les méthodes autoritaires du Président du Conseil Général dont la Conseillère Générale du Canton de Groix fait elle-même les frais, ne les exonère pas pour autant d’un positionnement plus combatif sur un dossier qui inquiète au plus haut point les populations de nos îles. Après des séances tendues des différentes commissions locales des horaires, au cours desquelles on a notamment vu les élus bellilois (Conseiller Général mis à part !) quitter la réunion pour manifester leur profonde opposition aux mesures annoncées, c’est Yves Brien lui-même qui, dans un entretien avec la presse (cf. Ouest-France du 9 Février dernier) joue les sages et dédouane de fait le Conseil Général de ses décisions brutales de réduction de l’offre de transport : « Océane affiche un déficit qui se creuse d’année en année .Il faut lui trouver un successeur pour la prochaine DSP. D’où l’idée du Conseil Général de modifier la tendance actuelle et de rechercher des économies en fin d’année. En diminuant le nombre de rotations. Le Conseil Général ne donnera pas plus qu’il ne donne actuellement... L’île d’Yeu ne connaît que deux rotations quotidiennes...En temps de crise, chacun doit réfléchir... » et d’inviter les bellilois à « mieux programmer leurs déplacements non urgents ». Nous posons la question : « la voix d’ Yves Brien » à laquelle il est fait référence dans cette réponse est-elle celle du Groupe de Gauche du Conseil Général ?

L’appel, à la fin du texte, à un « Contrat d’engagements avec les îles, à la mise en place d’une réelle concertation et d’une nouvelle méthodologie qui permettraient de trouver les solutions adéquates » apparaît comme une invocation illusoire et aseptisée. L’heure n’est pas à des réflexions éthérées ; pendant que le Groupe de Gauche réfléchit sur une « méthodologie adéquate », des négociations se mènent sur un nouveau bateau à construire pour la ligne Groix-Lorient sans qu’on ait la moindre information sur le cahier des charges de l’appel d’offres qui a été lancé. De même, une consultation a été lancée pour la nouvelle DSP sans qu’on ait une idée précise du service qu’il s’agit d’assurer. L’exécutif départemental veut passer ses décisions à la hussarde.

Les populations ne se laisseront pas abuser par des propos lénifiants. En tant qu’organisation citoyenne, le COCIG se rapprochera des groupements comparables des autres îles afin d’organiser la riposte et la mobilisation qu’impose la gravité de la situation. Il proposera notamment que les prochaines échéances électorales soient mises à profit pour interpeller l’ensemble des candidats sur leurs propositions concrètes concernant les liaisons maritimes avec les îles.